Et voici un pyjama douillet express (moins de 2h de réalisation, il faut dire que je connais ces patrons par coeur) pour moins de 5€.

Dans un tissu de "p'tit gars" en pilou de Mondial Tissu, avec du biais assorti, voici la veste Houston de C'est Dimanche et le bas du pyjama Arthur de Citronille, le tout en 6 ans.

Monsieur n°2 est ravi !

P1000738 P1000739

P1000772 b

P1000766

Coin Lecture 

 

Chose rare, c’est grâce à sa couverture que je me suis lancée dans la lecture de ce livre, paru il y a quelques mois.

La force de cette sculpture du chef vendéen Bonchamps sur le point de mourir par David d’Angers, sur fond noir faisait raisonner en moi ce cri « Grâce aux prisonniers ! » entendu la première fois dans la nuit du 14 juillet 1989 lors de la cinescénie du Puy du Fou : le Pardon, la Grâce de Bonchamps agonisant aux Républicains que les Vendéens avaient fait prisonniers et enfermés dans l’église de St Florent-le-Vieil. Le père de David se trouve parmi ces prisonniers graciés par Bonchamps

Un livre rapide à lire, qui narre la genèse de cette statue des deux côtés : d’une part avec le récit vivant de ce qui dans la vie de Bonchamps l’a amené à lancer ce cri après avoir été mortellement blessé par les Bleus pendant la Guerre de Vendée en 1793, d’autre part la difficulté de David à réaliser cette œuvre par laquelle il voulut payer sa dette vis-à-vis de Bonchamps qui a épargné, gracié son père.

J’ai beaucoup aimé ces allers-retours entre l’évènement lui-même et la réalisation de cette sculpture 30 ans plus tard.

Yves Viollet a su me plonger dans ce destin particulier de Bonchamps et me faire entrer dans l’atelier et les réflexions, doutes, rêves, échecs de l’artiste

Un regret : toujours le même quand je lis un roman historique, je ne sais pas, par manque de culture, faire la part entre ce qui relève de l’Histoire, ce qui s’est réellement passé, et ce qui relève du roman, de l’imagination de l’auteur.